L’heure de l’impact a sonné…

Comme nous l’observons, il y a souvent le time to market idéal.

Celui où les planètes s’alignent pour qu’une proposition nouvelle trouve ses clients, son public, ses relais. Il en est peut-être de même pour la responsabilité sociétale des entreprises et la notion d’impact positif.

Pendant longtemps, ces sujets ont semblé périphériques, pas au cœur du réacteur de nombreuses entreprises. Ils étaient traités à côté : dans des fondations, des partenariats, des documents spécifiques portés uniquement par certaines directions ou équipes…

Les grands groupes et les PME se mettaient en ordre par rapport aux dernières contraintes légales (nationales, communautaires ou mondiales) sur les sujets sociaux et environnementaux.
En moins d’une génération, nous assistons à une accélération et un changement de perspectives complet.

Depuis le Global Compact de l’ONU en 1999, le prix Nobel de Mohamed Yunus sur le micro-crédit ou l’invention des B Corp en 2006, puis la définition des objectifs de développement durable en 2012 à la Conférence de Rio, etc., de plus en plus de signaux forts sont apparus pour que les entreprises deviennent acteurs majeurs des changements.

De nouveaux concepts économiques, comme la création de valeur partagée de Porter en 2012, ont même révélés des business model plus vertueux.

Aujourd’hui, certains recommandent d'intégrer dans chaque board un Chief Purpose Officer, c’est-à-dire un dirigeant garant de la Raison d’être de l'entreprise, nouveau concept au cœur de la Loi Pacte.

Cette nouvelle loi permet d'introduire dans les statuts de l'entreprise une finalité d'intérêt social et permet même la création d'un statut d'entreprise à mission. La transparence sortira alors de sa réserve pour devenir une vertu cardinale.

Face aux défis écologiques et sanitaires, face à des générations nouvelles plus impliquées et responsables, face à une compétition accrue et une remise en cause rapide des positions acquises, l’heure de l’impact positif serait venue.

La communication va jouer son rôle pour éclairer ces démarches, montrer les différences réelles entre les entreprises, révéler des promesses basées sur des faits concrets, des preuves, des garanties, des actions exemplaires.

L’attractivité des talents, l’attachement des clients, la fierté d’appartenance, la création de valeur durable seront les fruits d’actions en profondeur. Même les investisseurs, certains dans des fonds « d’impact », récompenseront les entreprises qui porteront le mieux les transformations attendues.

La posture ne suffira plus lorsque l’on devra rendre des comptes à des tiers externes, qui évalueront le bon alignement entre les promesses prises, les actions concrètes et des résultats quantifiés et vérifiés.

Ces challenges, les agences comme la nôtre, auront la chance de les vivre au quotidien.

Par exemple, nous accompagnons la société de gestion Phitrust et révélons chaque année dans son rapport annuel la stratégie d’investissements responsables.


Nous restons évidemment prêts à échanger avec toutes les entreprises, qui veulent redonner du sens à leurs prise de parole, reflet de leur véritable mission. Nous les aiderons à concevoir, écrire et détailler leur raison d’être. Et nous scénariserons pour les rendre plus lisibles tous les impacts positifs de leurs actions.

Le rapport annuel ou le rapport intégré étant pour cela un très bon rdv… N’hésitez pas à nous demander notre Livre Blanc à ce sujet.
Contact
ou appelez le au 01 47 58 37 00